20
février 2020

Le bonsaï ou l’art de la miniaturisation

Rédigé par redac

La patience est une vertu que l’on s’impose pour réaliser de beaux ouvrages. Le bonsaï en est un. Impossible à ne pas se plier aux règles de cet art ancestral chinois quand on désire réussir. Effectivement, la persévérance devient un art lorsqu’on souhaite voir pousser un arbre dans un pot.

 

Le bonsaï à travers les millénaires

 

Originaire de la Chine, l’art de la miniaturisation des arbres a traversé les océans et les continents pour atteindre les quatre coins du globe. Le mot « bonsaï » puise son origine étymologique du mot japonais « pénzaï » qui veut dire « entretenir un végétal en pot ». Néanmoins, on doit cette pratique au terme chinois « penjing » signifiant « paysage en pot ». Dans tous les cas, l’objectif est donc de cultiver une plante dans un récipient prévu à cet effet.

 

Le bonsaï pour une meilleure qualité de vie

 

Ainsi qu’il a été mentionné plus tôt, cultiver et prendre soin d’un bonsaï nous oblige à devenir patients envers nous-mêmes. La minutie est au rendez-vous et rien ne doit être laissé au hasard. Des méthodes de coupe, d’entretien, d’arrosage et de taille sont donc mises en exécution. Sans quoi, l’arbre ne peut être miniaturisé. Les végétaux les plus utilisés en miniaturisation sont l’érable japonais et le pin noir, connus pour leur carrure imposante, puis réduite à une certaine taille.

 

Le bonsaï en décoration

 

Un bonsaï est un arbre, même s’il a l’air bien petit. Tous les besoins de chaque espèce restent identiques à sa véritable taille. Mais compte tenu de sa dimension revue à la baisse, l’eau d’arrosage et l’engraissage en seront donc tout aussi diminués. Le bonsaï trouvera sa place dans la décoration d’intérieur et d’extérieur. On peut ajouter quelques tiges de bambou en pot pour renforcer le look zen de l’ensemble. En déco d’intérieur, il remplacera parfaitement un vase de fleurs sur une table surplombant tous les autres mobiliers.